L'auteur décortique la montée et la chute du Nazisme, de 1933 au procès de Nüremberg.

Du moment où les grands industriels allemands vont faire allégeance et financer le parti nazi en 1933, en passant par toutes les tractations autour de l'invasion de l'Autriche, que ce soit au Berghof ou à Londres, et la description d'une Anschluss qui ne correspond pas à ce que la propagande allemande avait voulu faire croire. 

Et finalement, les grands groupes allemands ont survécu, souvent grâce à la main d'oeuvre des camps de concentration.

Tout cela fait froid dans le dos, tant de cynisme, tant de bassesses, au service d'une idéologie qui recommence à montrer le bout de son nez.